Déontologie

Chaque individu devrait s’efforcer à être juste envers lui-même et envers les autres.
Son chemin devrait suivre l’éthique de vie personnelle fondée sur les valeurs humaines universelles (Règle d’Or), ainsi que, s’il devient enseignant, suivre les règles de conduite propre à l’exercice de ses responsabilités d’enseignant (honnêteté, probité, intégrité, transparence, respect des personnes, etc.).
La pratique du Tai Chi Chuan peut être une voie, celle du Tao éventuellement, où l’on retrouve les valeurs humaines universelles.
Tout comme les autres véritables traditions ancestrales fondamentales (Bouddhisme, Christianisme, etc.), la voie du Tao ne tient pas compte des intérêts égocentriques des pratiquants. Il est chemin, simple, émaillé d'acceptation et transformation de soi. Il demande dans le silence et en toute humilité une écoute profonde de soi.
La pratique du Tai Chi Chuan ne fait hélas pas exception aux travers rencontrés dans la plupart des activités humaines, où les attitudes des êtres humains ont une tendance presque toujours motivée par leurs intérêts ou /et par leur inertie égocentriques.
Aussi, soyons critiques vis-à-vis de personnes qui se prétendent ou se présentent comme "experts" !
Un expert se doit en effet d’être avant tout d’être humain, notamment par son humilité et par son ouverture de cœur.
On ne se retrouve pas par hasard dans une école de Tai Chi ; ce sera un passage où l’on a quelque chose à vivre, où l’on doit faire ses expériences...
Le véritable fil conducteur est d’abord d’apprendre à se connaître et à suivre SA voie, de l’intérieur, en toute liberté mais en toute équité et droiture, ce qui permet d’apprendre à discerner les valeurs qui passent réellement dans la pratique du tai chi.